Charlotte
Audrey

Arsène.

 

Arsène, c’est un pari fou.

Arsène, c’est Audrey et Charlotte, deux amies d’enfance, venant de Mauléon-Licharre, petite ville nichée au cœur du Pays Basque, connue pour ses fêtes mais surtout pour ses légendaires ESPADRILLES.     

Audrey et Charlotte se rencontrent en 6ème, à l’époque où l’on porte encore des sweats Poivre Blanc et mange de la colle Cléopâtre.

Les filles se suivent jusqu’en terminale à Mauléon : 45 élèves qui passent au total le bac (S, L, ES confondus), ça resserre les liens. Elles passent quelques mois ensemble sur les bancs de la fac, puis partent chacune à l’aventure de leur côté.

En 2012, Audrey « cotise » déjà depuis quelques années, Charlotte est rentrée depuis quelques mois dans le monde du travail. Toutes deux rêvent d’un projet, monter leur entreprise, être indépendantes. 

Soudain vient l’idée : et si l’on montait notre marque d’espadrilles ? Cette phrase anodine va transformer leur vie. En quelques mois une première collection naît. Mais pas n’importe quelle collection : la leur, moderne, différente, intégrée dans leur époque. Fini les espadrilles bleues, blanches, ou rouges, simples, ultra vues. Audrey et Charlotte réalisent une première collection de six modèles : une pailletée (si vous aviez vu la tête de leur fabricant quand elles sont arrivées avec leurs premiers tissus, il y a 6 ans), une fleurie « liberty », une ethnique, une dentelle et surtout deux paires avec un nouveau design : le tennis à lacets. 

Octobre 2013, la page Facebook est lancée puis Instagram, les espadrilles sont vues, partagées, aimées, puis achetées : Arsène est né. Cela fait 6 ans que cela dure.

Arsène c’est le made in France.

Le made in Mauléon ou 64 (Pyrénées-Atlantiques) quand c’est réalisable.

Les espadrilles

Les filles naissent à l’époque où le marché de l’espadrille française s’effondre, percuté par la concurrence asiatique, elles voient petit à petit fermer les ateliers de production de Mauléon, d’une vingtaine ils passent à six. Ne pas laisser ce savoir-faire s’étioler, continuer à produire à Mauléon est leur objectif. Arsène travaille depuis avec deux ateliers familiaux de leur ville d’enfance.

Les chaussettes

Depuis la famille Arsène s’est agrandie. En hiver 2014-15, les filles se lancent dans la chaussette. Toujours made in France, bien sûr. Elles se réapproprient les mêmes codes : féminines, pailletées, originales. Elles sont confectionnées dans un petit village du Limousin, par une entreprise familiale depuis 1938. 

Les bonnets

Ensuite viennent les bonnets, les filles « s’exilent » en Haute-Loire, où elles rencontrent une famille qui les produit depuis six générations. 

Les bérets

Dernier né chez Arsène : les bérets, pas besoin d’aller bien loin, les ateliers historiques de fabrication du béret se situent à Oloron-Sainte-Marie, à 30 minutes de Mauléon. Les filles redécouvrent ce produit, sa fabrication, son travail de qualité : deux jours de confection sur chaque béret. C’est le coup de cœur, naissent alors les bérets Léon Rouge et Léon Noir.

Voici l’histoire d’Arsène, Audrey et Charlotte continuent années après années à créer des produits originaux qui leur ressemblent. Elles se battent et s’amusent au quotidien pour faire vivre Arsène et le savoir-faire français.