Les dessous des espadrilles Arsène c’est ici.

Les backstages des espadrilles Arsène, frontside backside, goofy ou regular, up and down.

Série : nos fabricants 1/4

Charlotte m’a donné l’idée de vous parler de nos fabricants, il était quand même temps. On revendique nos produits fabriqués en France mais on ne vous parle jamais des fournisseurs avec qui nous travaillons. Et pourtant leurs histoires sont aussi chargées que celle des espadrilles de Mauléon. Je vous propose donc une série d’articles sur eux, au fur et à mesure des vendredis. Commençons aujourd’hui par notre fabricant de chaussettes, grâce à qui j’ai toujours les pieds qui brillent.

L’entreprise Broussaud, basée dans le Limousin, est une entreprise familiale dans le sens strict du terme. C’est la 3ème génération de Broussaud qui tricote actuellement des jolies chaussettes dans leur atelier. J’imagine que celui-ci a bien du évoluer depuis la première manufacture lancée en 1938 par Adrienne et Henry, qui embauchait à l’époque 200 personnes. C’était la belle époque mon petit ! On s’habillait au coin de la rue avec des produits fabriqués dans l’usine d’à côté pour 10 francs. Ils auraient pu nous raconter ça Adrienne et Henry ! Leurs enfants prennent le relais et modernise l’entreprise. Cette modernisation continue encore en 2006 avec l’arrivée de la 3ème génération. Et la tradition perdure.

La qualité et un savoir-faire reconnu par les labels Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) et Origine France Garantie (OFG) font des chaussettes Broussaud un acteur plus que légitime dans l’univers du Made in France. Un acteur reconnu et qui compte aussi aujourd’hui, car pour travailler avec eux, il faut vite se glisser dans la file d’attente pour espérer avoir une collection qui arrivera à temps. Mais quel bonheur de porter ces chaussettes de cette qualité, et surtout de travailler avec une entreprise qui connait son métier par coeur.

Nous pensons actuellement à notre 5ème collection de chaussettes avec eux. Je porte encore des chaussettes de la 1ère collec et qui n’ont absolument pas bougé. C’est pas beau ça ?

Je vous embrasse. Haspé.

Le pull de noel.

Je suis en train de chercher un petit pull de Noel pour faire sensation derrière la caisse chez Pepiteko, et pour garder l’esprit de Noel durant les 36 repas de fin d’année, vous en pensez quoi ? Voilà donc le top pull de Noel. Va falloir faire un choix.

N°5 – Le pull plutôt pour ma soeur et mon beauf

N°4 – Le pull pour le fan de basket, let’s go Knicks

N°3 – Pour ton mec qui aime plus Batman que toi

N°2 – Le basique

N°1 – Mon prèf

J’ai toujours pas choisi.

Je vous embrasse. Haspé.

Le Black Friday, qu’est ce que c’est ?

Vous êtes peut être comme les gens à qui on dit « on prépare le Black Friday là » et qui nous répondent « ah oui. C’est quoi déjà ? ».

Le Black Friday a toujours lieu le 4ème vendredi de novembre, le lendemain de Thanksgiving aux Etats-Unis. Car bien sur, cela nous vient from America. Ce vendredi là, les américains courent tous vers les grands malls pour profiter d’énormes réductions sur à peu près tout, produits high tech, vêtements, peanut butter, bonbons reese’s (mes préférés)… Evidemment il y a des incidents, sinon c’est pas démesuré et c’est pas l’Amérique. La tradition américaine passe les frontières et arrive chez nous, et se développe de plus en plus années après années. Depuis le mois d’octobre nous recevons des mails de notre module de paiement, de nos transporteurs, de nos partenaires  avec qui nous travaillons sur notre site, tous parlent du Black Friday : « soyez prêt pour le Black Friday », « votre site est il prêt pour le Black Friday ? », « mettez toutes les chances de votre côté pour le Black Friday ». Nous mais on parle presque plus que Noel !!!

Nous voilà donc à nous demander s’il fallait participer à cet évènement, à ce pic de consommation impulsif avec des clients potentiels guidés par des Black Friday écrit partout sur leurs ordinateurs et téléphones, ou leur proposer une journée de réducs un mois avant Noel. Nous avons préféré choisir le deuxième argument, pour se donner bonne conscience….. on va essayer d’oublier aujourd’hui tous les clics sur tous les boutons « commander » de tous les sites internets marchands. On va essayer de ne pas penser au chiffre d’affaires d’Amazon grâce à cette journée. On va essayer de se dire que nos clients seront contents de faire leur cadeau de Noel Made In France avec une petite réduc, sur un site marchand d’une petite marque française, qui fabrique ses produits en France.

Des espadrilles, des bonnets, des chaussettes, des bérets fabriqués en France au pied du sapin c’est un noel engagé et raisonné non ? Achetés pendant le Black Friday…. bon bé du coup, perso, je n’achèterai rien aujourd’hui, oui mais je viens d’envoyer une newsletter à tous mes clients pour les informer du Black Friday sur notre site internet. Je suis bipolaire.

Je vous embrasse. Haspé.

Source photo : katoni

Top 5 tu rigoles.

Aujourd’hui j’avais envie d’écrire un article différent. En fait pour dire la vérité, c’était soit on parlait du mail qu’on a reçu en début de semaine, un bon lundi gris et pluvieux, tu ouvres ta boîte mail et tu lis : « Bonjour, vous prétendez que vos espadrilles viennent de Mauléon, mais comment pouvez-vous me l’assurer ? Merci. » Je remercie cette dame qui m’a donné envie d’écrire un article sur la crème de la crème des messages que l’on reçoit parfois. Soit j’écrivais plutôt un article rigolo, avec le Top 5 des gifs et vidéos qui nous font marrer et qui circulent pas mal sur nos téléphones respectifs. J’ai opté pour la seconde solution.

N°5 – à envoyer à une copine qui est enceinte :

N°4 – quand tu reçois une grosse commande :

N°3 – parce que Valerie :

N° 2 – parce que Céline :

N°1 – la vidéo a regarder au moins une fois par semaine, blues ou pas :

Faites en bon usage !

Je vous embrasse. Haspé.

Le quotidien.

Qu’avons nous fait cette semaine chez Arsène ?

Actuellement plusieurs chantiers sont en cours. Déjà, le 1er chantier, c’est d’allumer des bougies et faire offrande tous les matins au Dieu du froid, afin qu’il fasse un hiver glacial, voir sibérique, et comme ça nous vendrons des tonnes de bonnets, de chaussettes et de bérets. Charlotte se met donc un sarouel tous les matins, se dessine un point rouge au milieu du front et tourne sur elle même avec des bâtons d’encens en écoutant Imagine de John Lennon. Moi je la laisse faire, je la soutiendrai toujours dans toutes ses décisions.

Le 2ème chantier, c’est vendre notre prochaine collection d’espadrilles pour la saison 2019 à nos revendeurs. On passe donc quelques heures par jour à téléphoner, envoyer des mails, trouver des nouvelles boutiques sympas qui pourraient vendre nos espadrilles, et prendre le plus de pré commande possible. En même temps, nous livrons les commandes hiver à nos boutiques. Nous sommes contentes d’en avoir trouvé de nouvelles qui distribueront nos bonnets, nos bérets et nos chaussettes. Mais nous avons du dire stop car le stock baisse plus rapidement que nous l’avions imaginé, chaque année c’est la même histoire, et nous voulons garder du stock pour nous, pour les fêtes de fin d’année bien sur. Perso, j’adore quand certaines références arrivent à rupture de stock, mon moment préféré de l’année.

Le 3ème chantier, c’est préparer Noël et pourquoi pas la journée du Black friday. C’est une journée qui se développe de plus en plus en France et qu’on fera peut être aussi, à suivre donc… Du coup on veut nettoyer notre site internet, que tout soit prêt, que tout soit joli, que tout soit en place. Nous avons aussi préparé des jolis petits autocollants à glisser dans vos commandes. Bref, on est presque prêtes et vous n’aurez plus qu’à….

Je vous embrasse. Haspé.

Le béret.

Vous l’avez vu, et si vous l’avez pas vu c’est que vous y mettez pas du votre, ou peut être êtes vous fatigués, il y a un nouveau produit Arsène qui vient compléter notre collection hiver. Rond, en laine mérinos, noir ou rouge, non ce n’est pas le mouton de Mylène Farmer qui est passé dans un gaufrier, il s’agit du béret. Et pas n’importe quel béret, le vrai béret, celui fabriqué dans le berceau historique du béret, à Oloron Sainte Marie, juste à côté de Mauléon.

Pas besoin d’aller bien loin finalement pour trouver des produits Made In France. Pour compléter l’histoire d’Arsène on pouvait pas tomber mieux, car avec Charlotte nous sommes toutes les deux nées à Oloron. Puis nous avons grandi à Mauléon, capitale mondiale de l’espadrilles, puis nous vendons tout cela à Bayonne là où nous vivons. Pas d’infos sur la suite pour le moment par contre…. Après plusieurs mois à la recherche de nouveautés, fabriquées en France bien sur, nous étions parties sur la création de montres. Plusieurs essais, plusieurs prototypes et franchement le résultat était tout sauf dans l’esprit de notre marque. Nous n’avions pas trouvé le bon fabricant avec qui ça le ferait, ni eu entre les mains le résultat que nous espérions. Ou alors nous ne savions pas trop ce que nous voulions non plus. Bref, quand nous avons eu nos prototypes entre les mains, on s’est dit stop.

Retour au point de départ, il nous fallait trouver autre chose. Et c’est pas si simple de trouver autre chose quand on veut rester en France. La production française a un coût, elle n’est pas non plus très variée si on veut rester dans le moyen de gamme. Enfin du moins, il faut bien chercher, trouver les bons interlocuteurs et être un pro de Google. Puis après il faut calculer les marges, les prix, puis pouf l’idée s’arrête aussi vite qu’elle est venue. Et finalement comme d’habitude, c’est quand on ne cherche pas qu’on trouve. Un matin, Charlotte m’a juste montré un béret qu’elle trouvait joli, puis on s’est dit « bé on pourrait faire des bérets, il y a une usine à Oloron, ça vient de là ». Deux mois plus tard nous étions en train de visiter l’usine, de voir toutes les étapes de la création d’un béret et surtout le savoir faire  sur chaque pièce. Il faut deux jours pour réaliser un béret, tout est fait à la main, notamment la finition ultime  à la pince à épiler, assez hallucinant. Le résultat est donc de super qualité. Le béret est à la mode, certainement grâce ou à cause du renouveau de cette usine de fabrication. Son rayonnement international nous permettra peut être aussi de nous ouvrir de nouvelles portes.

En tout cas il ne faut pas hésiter à découvrir ce beau produit. On espère qu’il vous plaira autant qu’à nous. On se voit vendredi prochain.

Je vous embrasse. Haspé.

Le retour.

Un peu à la manière de NTM récemment, 9-3 sur le drapeau gros, il est temps pour moi de faire mon come back sur ce blog. Je crois que si on remonte dans les articles, j’ai peut-être déjà dis ça 3 ou 4 fois facile.

Mon dernier article date d’un peu plus d’un an, c’était la fin de l’été et le début de l’automne. Celui-ci peut exactement être appliqué à l’été 2018. Ce qui est cool parce que ça m’évite de faire le bilan de l’été qui vient de passer justement. Enfin, il y a quand même eu un petit truc qui a changé des derniers étés, un petit truc qui nous a un peu ennuyé durant les six premiers mois de l’année, un petit truc qui mouille et qui te conforte dans l’idée que quand t’as acheté ton kway c’était certainement le meilleur investissement de la décennie : la pluie. Cet été, pas de pluie, magnifique soleil, touristes radieux, et donc des belles ventes d’espadrilles. Ce qui nous a clairement fait plaisir et remis du baume au coeur après les six premiers mois de l’année passés en quasi dépression pluvieuse.

Comment vendre des espadrilles quand il pleut tous les jours et qu’on a envie de tout sauf se balader en centre ville et faire les boutiques, quand on est tout gnongnon parce que tout est morne et gris ? Première fois que nous avons vu nos ventes stagner en février – mars – avril (par rapport aux dernières années), ces trois mois qui sont clairement les mois décisifs de l’année, les mois qui dessinent la tendance de la saison. Alors heureusement, heureusement que la pluie s’est arrêtée et que le retour du soleil a permis d’écouler notre stock d’espadrilles. Heureusement aussi que la marque San Marina nous a appelé un beau matin pour revendre une de nos espadrilles phare dans toutes leurs boutiques.

Sinon ça va oui. On attaque l’hiver, des bonnets, des chaussettes et maintenant des bérets. Des produits toujours 100% fabriqués en France. On espère donc qu’une chose maintenant, que l’hiver sera glacial.

Tchuss la jeunesse. Je vous embrasse. Haspé.

 

 

Les juilletistes et les aoutiens.

Les juilletistes. 👇🏼

Les aoutiens. 👇🏼

Moi quand ils sont tous partis. 👇🏼

Ce post leur est dédié. A l’année prochaine. Vivement les vacances.

Je vous embrasse. Ce qu’il reste d’Haspé.

 

La collab de l’été.

Entendu chez Pepiteko cette semaine : « t’as les bras comme un vélux ».

ENFIN, enfin, notre collaboration avec les maillots de bain SOWE est là !!!! Nous sommes heureuses de vous présenter nos nouvelles espadrilles, réalisées avec Perrine, la créatrice de la fameuse marque de maillot de bain que vous connaissez tous, SOWE.

Nouvel imprimé, toujours crée par le studio Pil Pil , et surtout nouvelle matière pour la toile d’espadrilles, qui change de tous les tissus que nous avons pu utiliser précédemment. Le résultat est vraiment top, les ventes ont commencé chez Pepiteko et sur notre site internet à fond les ballons, on a deux mois de retard dans le lancement de cette collab c’est vrai, mais on rattrape le temps perdu. Je dirais presque que cette nouvelle paire d’espadrilles est ma paire préférée avec notre espadrille Weke bien sur. Vous le savez. Je passe toutes les péripéties dans la création de cette collab, surtout l’imprimeur des pochons avec lesquels sont vendus les espadrilles, qui a décidé que le bleu turquoise et le kaki sont une et même couleur, et qui m’a fait gonfler la veine du cou toute une après midi.

Du coup, cela nous a donné plein d’idées pour notre prochaine collection, dont nous avons reçu les prototypes la semaine dernière et qui est du coup quasi finalisée. Le mois de juillet commence donc sur les chapeaux de roues, avec en plus la préparation des fêtes de Bayonne chez Pepiteko !! Excitation.

Je vous embrasse. Haspé.

筋肉HI

Bonjour mes petits makis !

Je sais pas si vous avez vu, mais nos espadrilles sont présentes dans le dernier Madame Figaro Japon spécial Pays Basque. Un magazine entier sur la côte et le Pays Basque intérieur avec de belles photos, plein d’adresses, dont notre boutique Pepiteko. On a trouvé ça rigolo de se retrouver là, dans un magazine tout écrit en japonais, dont on ne comprenait absolument rien. Puis après je me suis dis que pareil ils ont listé les espadrilles les plus dangereuses du monde et que tous ces signes là, c’est pour expliquer aux japonais que s’ils mettent nos espadrilles, leurs pieds vont s’autodétruire. Et nous on trouve ça rigolo et gentil.

Nous allons avoir d’autres publications en juillet, dans le Elle et le Biba je crois aussi, puis d’autres sont déjà sorties pour une paire que nous faisons en collaboration avec une marque de maillots de bain que vous connaissez bien, alors que l’on a même pas reçu les espadrilles encore. Vous savez c’est la paire qui arrivera en novembre peut-être. Non mais tout-va-bien. En réalité j’ai envie de tout casser.

Je vous embrasse. Haspé.