Les dessous des espadrilles Arsène c’est ici.

Les backstages des espadrilles Arsène, frontside backside, goofy ou regular, up and down.

Christine.

Entendu chez Pepiteko cette semaine : « mince j’ai oublié de mettre les mèches dans les bougies ». Claire, créatrice de bougies.

Salut mes petites oies sauvages qui s’en allaient vers le midi, la méditerranée . Tout vient à point à qui sait attendre comme dirait un fonctionnaire de la sous préfecture de Bayonne après 1h d’attente. Nous, et donc aussi un peu vous, nous avons attendu trois mois pour recevoir nos nouvelles petites espadrilles plateforme : les espadrilles Christine et Joséphine.

Comme d’habitude, le choix des noms de nos produits n’est pas du au hasard. Après avoir épuisé les prénoms de toutes nos tantes, les prénoms qui nous font rigoler, on passe maintenant aux prénoms des belles mères, ici la belle mère de Camille qui s’appelle Christine et qui nous a dégoté l’un de ces magnifiques tissus. Bon par contre je n’ai aucune explication pour Joséphine, on trouvait ça joli c’est tout. Pour ce modèle d’ailleurs nous étions très contentes de retrouver un beau tissu de broderie anglaise, nous avions fait par le passé deux espadrilles avec ce style de tissu et depuis nous n’en trouvions plus. Et là, je peux vous dire qu’on a trouvé un super fournisseur, avec du choix dans les motifs de broderie, très difficile d’ailleurs de faire un choix du coup, et je me dis en vous racontant ça que c’est bizarre, je crois qu’on a pas choisi cette gamme pour les prototypes de 2018…. mais pourquoi ???

Bon bref, sinon, chez Pepiteko, on prépare activement les fêtes de Bayonne et je pense que ça va être rigolo ouh la la !!! (à prononcer en se tapant les mains). Faudra suivre la page Facebook et le compte Instagram de la boutique pour découvrir nos nouveautés spécial fêtes, car comme d’habitude le stock sera limité. Voilà c’est tout.

Je vous embrasse. Haspé.

A-llé-lu-ia

Entendu chez Pepiteko cette semaine : « y’a de quoi faire une crise d’épilepsie chez Zara ».

C’est les bras en l’air, la tête en arrière et la bouche grande ouverte que je lance aujourd’hui un énorme ALLELUIA.
Enfin, enfin nos nouvelles espadrilles plateforme arrivent. On va les chercher, on les prend en photo et on les met en ligne et chez Pepiteko.

Nous avons actuellement un petit soucis avec nos fabricants qui sont clairement débordés pendant la saison. Certainement plus que les saisons passées puisque les délais sont maintenant beaucoup plus longs. On ne va pas s’en plaindre, tant mieux pour eux, mais c’est quand même mieux de recevoir ses espadrilles en mai plutôt que début septembre ! Du coup, on ne sait toujours pas quand arrivera le réassort sur nos modèles Weke et Lima. On ne sait toujours pas quand arrivera les espadrilles de la collab de l’été (j’en parlerai dans un article justement quand elles seront là, dans 5 ans peut être.). Bref, on passe à côté de ventes et de réassort boutique. On passe à côté de notre été. Même Roland Garros est loupé cette année. Et en plus y’a même pas les JO.

Bon, on a quand même les petites nouvelles qui sont là et qui sont vraiment tops. On les présentera très bientôt sur notre page Facebook et notre compte Instagram. Puis on regardera le Tour de France qu’est ce qu’il faut faire ?

Je vous embrasse. Haspé.

C’est l’hiver.

Entendu chez Pepiteko cette semaine : « la civette c’est la femme du civet ? ».

Hier matin, hier matin très tôt, hier matin très très tôt, hier matin très très très tôt, on basculait déjà en hiver chez Arsène. Les montagnes étaient dégagées, la lumière était parfaite, elle pouvait, vu qu’il était 7h30 du matin, le soleil rayonnait sur nos nouveaux bonnets.

Cet hiver, nos bonnets seront aussi pour homme. Du chiné, du torsadé, du point mousse, des bonnets plus longs, toujours fabriqués en France. On ne pense même plus à nos petites espadrilles, alors même que nous sommes en train de lancer nos prototypes pour la collection de 2018. Et pour couronner le tout, en mars dernier comme on s’ennuyait, on a décidé une après midi de lancer un nouveau produit. Toujours fabriqué en France bien sur. Il se pourrait qu’on sorte ça fin septembre début octobre, si tout va bien, si on arrive à se décider sur les couleurs etc. Et si je peux vous donner un indice sur ce nouveau produit Arsène, je vous dirais qu’il était temps….

Oui c’est vrai cet article est tout petit, mais vous comprenez bien qu’entre les bonnets, les chaussettes, l’hiver, l’été, 2017, 2018, une nouveauté pour la rentrée, nos espadrilles qui partent, les réassorts, et bientôt une nouvelle collab estivale qui va déchirer (ah oui ça je vous ai pas dis !!!), bé je peux pas faire plus long.

Je vous embrasse. Haspé.

 

 

Passage télé de la vie.

Entendu chez Pepiteko cette semaine : « t’as une tête à faire de la natation synchronisée ».

Chaque année nous arrivons, on ne sait pas trop comment, à avoir un passage télé. Souvent entre le jambon de Kintoa et Biarritz, on parle de nos espadrilles. Souvent c’est tout le temps le même style de reportage, le Pays Basque la nouvelle Californie et bla bla bla… mais je n’ai pas envie de polémiquer aujourd’hui. Souvent le regard dans le vide et la bouche coincée j’écoute Charlotte. Souvent on me coupe au montage. Souvent on se moque de moi pendant les trois mois post diffusion. Et donc comme d’hab, quand on nous a contactées pour un reportage sur France 5, on s’est lavé les cheveux et mis nos espadrilles aux pieds. On leur a montré Bayonne et Mauléon, deux bouts de tissus, notre usine, on a parlé entre nous en oubliant que nos micros étaient branchés, puis on est rentré à la maison.

Sauf que là c’était pas la même. Les gens regardent France 5 le dimanche soir à 20h50 et nous ça on le savait pas. Donc le site à planté, les ventes ont explosé et on a fait un mois d’avril chez Pepiteko digne d’un mois de décembre. On nous reconnaissait au restaurant, on nous a payé des verres en soirée et surtout, je me suis retrouvée à prendre une photo avec Jacqueline et Martine en vacances au Pays Basque, qui m’ont reconnu dans la boutique et qui ont voulu envoyer la photo à leur copine qui était dans le train du retour. Cette histoire est vraie, j’étais bras dessus bras dessous avec Jacqueline et Martine, je sais pas si vous visualisez.

Enfin quand je dis « on » nous reconnaissait, je me trompe un peu. Car en effet, les gens ne reconnaissent pas Charlotte. On est côte à côte les gens me disent « mais c’est vous qu’on a vu dans le reportage sur France 5 » et à Charlotte par contre « ah bon vous aussi ?? ». Incroyable. Il y aussi ceux qui te soutiennent que tu es passé à la télé mais dans une toute autre émission ou dans un reportage sur la Creuse, alors tu finis par dire « oui ».

Bref en tout cas, de tous nos passages télé celui ci a été vraiment le plus fou en terme de retombées. Il nous manque toujours le 13h de Pernaut quand même…. et après ça c’est sur, on arrête tout, on lâche l’espadrille en criant « BRAAA ».

Je vous embrasse. Haspé.

Alors que re voilà la sous préfète.

Entendu chez Pepiteko cette semaine : « ça fait cheveux ».

Bé alors la jeunesse ? comment ça va ici ? on devient quoi depuis le temps ? Un an, un an et un jour que je n’ai plus écris ici. Plus précisément, je n’ai plus écris ici depuis que je me suis arrachée l’ongle du gros orteil à la table basse de mon salon, je me souviens très bien c’était un jeudi soir, c’était violent, il y avait du sang, arrachement de la jugulaire de l’orteil, BAM deux mois en tongs. Et apparemment cette blessure, très grave au demeurant, m’a empêchée de taper sur mon clavier.  Faudrait que je propose ce sujet à une pote à moi qui doit faire sa thèse de médecine.

Difficile de résumer un an en un article, je pense même que je ne me souviens de rien de ce qu’il s’est passé l’année dernière. La nouveauté, le changement, l’évènement marquant, si je devais n’en citer qu’un, c’est bien sur l’ouverture de notre boutique à Bayonne qui porte le doux nom de Pepiteko. Pour dire vrai, ouvrir une boutique n’était pas tellement dans nos plans, nous étions plus à la recherche d’un bureau. Ne plus avoir son salon avec des espadrilles partout, sa cave remplie de chaussettes et de bonnets, sortir le matin pour aller « au bureau » était un projet que nous voulions concrétiser si l’occasion se présentait. Et ce fut le cas ! sauf que, petit détail, en dessous de ces bureaux il y avait un local commercial.  Nous voilà donc le 3 décembre, après deux mois assez intenses et surtout une semaine de travaux en apothéose avant d’ouvrir pour le mois le plus fou de l’année : juillet et les fêtes de Mauléon et deBayonne, Noel. Avec Claire qui fait les bougies et les parfums , Jasmine et ses vêtements et Camille créatrice de la fameuse Kutx, nous sommes devenues commerçantes à Bayonne. Dans cette boutique vous trouverez bien sur les produits de nous quatre, mais aussi plein de marques du coin que l’on aime bien.

Nous voilà donc à aller au bureau tous les matins tiens. Comme bilan des cinq mois, bon on va pas se le cacher, on est plutôt très très contentes. Déjà parce que suite à notre passage télé sur France 5 on a eu des retombées énorme autant sur notre e-shop qu’à la boutique (mais cela fera l’objet d’un prochain article) mais surtout parce que nous portons cette nouvelle aventure avec trois pègues qui sont certes difficiles à supporter au quotidien mais qui nous apporte aussi beaucoup.

Suite à cette séquence émotion, je voudrais conclure ce retour dans les bacs en vous disant qu’il ne faut pas que vous vous mépreniez.  Si j’écris à nouveau et si le blog est maintenant dans notre site, c’est pas pour faire joli ou pour occuper mes vendredi après midi, non. On a juste eu un audit de notre e-shop à la CCI et faut qu’on améliore notre référencement.  C’est parce qu’évidemment cela m’a beaucoup beaucoup manqué de ne plus rien vous raconter, et je voulais bien sur faire plaisir aussi à tous ceux à qui cela manquait également….

Je vous embrasse. Haspé.

Hanz, Kristian et Eva.

Bon bé il était cool ce reportage sur ARTE non ? Moi j’ai trouvé qu’on avait super bien marché en équilibre sur une corde et super bien marché en canard contre un mur. Et mise à part le moment où je bloque pendant 5 minutes quand Charlotte parle à la fin, c’était dynamique quand même.

En tout cas depuis la diffusion, les commandes n’arrêtent pas et les mails en allemand non plus d’ailleurs. Hanz, Krisitian, Eva et leurs amis sont à fond. Charlotte passe son temps sur Google traduction, tout est normal. Puis nous sommes passées également sur France 3 régional et national, et cela nous a bien aidé pour le lancement de deux nouvelles espadrilles plateforme toute en dentelle et en paillette, comme on les aime. Elles étaient en préparation depuis longtemps, il nous tardait de les dévoiler, et là vu les commandes passées on pense que vous les aimez.

Du coup, puisque la télé enlève tout sur son passage, les premières rupture de stock apparaissent dans certaines pointures, ça on aime. Et bientôt dans certains modèles, ça on aime aussi.

Je vous embrasse. Haspé.

2016 – bis

Bonjour mes petits rougets des îles.  Nous nous excusons de suite de notre non présence ici depuis bien trop de temps. Mais on se laisse pousser les cheveux avec Charlotte, et c’est assez difficile de coupler ça avec l’écriture régulière sur un blog.

Mais nous allons bien. La saison 2016 étant bien lancée maintenant, sur notre e-shop, à la boutique Les Jolies Choses à Bayonne et très vite au Pop Up Store à Hossegor. On peut dire que nos canaux de distribution en vente directe n’attendent plus que vous et vos pieds. Les premières tendances de vos modèles prèfs se dessinent aussi, et comme nous le pensions, et comme c’est la même chose chaque année, et comme on y arrivera jamais, je pense qu’il
n’y aura pas d’espadrilles Love Boat pour tout le monde…

Nous sommes toujours tiraillées avec nos chaussettes. Pour ou contre la chaussette Arsène en vente chez nos revendeurs ? je vous pose la question. On a envie de développer ce produit, fabriqué en France, qui nous fait marrer à créer. Puis là, on a reçu de nouveaux prototypes rigolos et pailletés, et rien que pour vous compreniez comment elles sont trop cools j’ai envie de finir ma phrase par une expression des années 90 : wanchousi. Puis d’un autre côté, ce développement en boutique passe par des contraintes et des modifications à faire qui nous font un peu hésiter. De toute façon, on arrive plus à prendre de décision chez Arsène. Je dirai même, et ça c’est assez fou ce que je vais vous dire mais j’ai l’impression que plus nos cheveux poussent et moins on  se décide. Coïncidence ?
Je ne pense pas.

Je vous embrasse.

Haspé.

Zou.

La nouvelle collection d’espadrilles est arrivée et rangée. Le réassort de chaussettes aussi. Nous voilà donc en chaussettes et contre tous.

Les ventes ont commencé depuis 24h, certaines de nos clientes ont même compris que nos espadrilles seraient en ligne avant l’heure dite. Les malines. Bon par contre vous êtes complètement fous, on a jamais vu vécu un lancement comme ça depuis le lancement de notre eshop. Les scores sont déjà bien au dessus de la saison passée, va falloir vous calmez. Ou Inspirez, expirez, je sais pas moi. Non mais qu’est ce que vous avez ??

Nos nouvelles espadrilles sont également en place à la boutique Les Jolies Choses à Bayonne, rue Victor Hugo, pour info. Donc vous pouvez passer les essayer, puis nous voir aussi, on y est tous les mardis.

Allez zoubida, la saison est lancée, on est remontées comme des coucous, Martine (de La Poste) on arriiiiiiiiiiiive.

Je vous embrasse. Haspé.

2016.

Partons du principe qu’il est maintenant trop tard pour se souhaiter les meilleurs voeux, la santé et de beaux cheveux pour 2016. Non pas que je n’ai pas envie de vous souhaiter tout ça, surtout pour les cheveux, mais c’est juste que nous n’avons pas encore complètement la tête en 2016 avec Arsène.

Même s’il y a effectivement un nouveau dossier “2016″ crée sur notre bureau, ce mois de janvier nous sert surtout à clôturer l’année 2015 et à envisager la prochaine. En gros on va passer de “pourvu que l’année 2016 soit aussi bonne que 2015″ à “je pense que ça va être chaud pour faire aussi bien que 2015″. Soyons honnête, je vais vivre ce passage tranquillement en vacances…

Ce qu’il faut savoir c’est que nous n’avons pas entièrement rattrapé les quantités de deux clients importants que nous avons perdu. On compte donc sur nos ventes directes et sur nos ventes eshop qui augmentent d’année en année pour combler l’écart. Nous avons également prévu un peu plus de stock sur nos 4 modèles phares, on aura peut être encore du stock en juin comme ça.  Enfin, nos modèles phares, peut-être qu’on a tapé à côté… Vous imaginez ? non mais imaginez, chaque année à cause de nos stocks limités on loupe des ventes et vous, vous ne trouvez pas espadrilles à votre pied. Tout le monde repart frustré, serrant les poings et soufflant par le nez. Puis l’année où on produit un petit peu plus de stock, bien les modèles ne vous plaisent pas. AH AH AH, TROP RIGOLO. Ne faites pas ça.

Sinon, côté bonnet, la nouvelle collec automne-hiver 16/17 est faite et bien faite. Nouveaux coloris, nouvelles formes, nouvelles paillettes, on commence à proposer tout ça à nos revendeurs dès lundi. Ou mardi. Côté chaussettes, il y aura aussi de nouveaux modèles, des nouveaux motifs, des chaussettes pailletées déclinées en coloris aussi beaux les uns que les autres, en toute objectivité bien sur. Sauf que, nous ne connaissons pas les délais. Voilà donc pareil c’est en mars, ou en juin, ou en décembre, ou en 2018, mais quelle importance ? En attendant, un bon réassort de nos modèles actuels va arriver fin janvier. Pour le coup là il y aura du stock, on a pas lésiné, mais c’est aussi car nous avons décidé de les vendre chez nos revendeurs. Enfin s’ils nous en commandent…. Imaginez, on lance les chaussettes Arsène en petites quantités, quelques uns de nos revendeurs nous appellent pour en distribuer et on leur dit non car peu de stock. Puis on se dit que c’est bête quand même, avec les mains sur les hanches et en bougeant la tête de gauche à droite. Alors on décide de faire de la quantité et de vendre nos chaussettes chez nos revendeurs, et là bien personne ne nous en commande. AH AH AH, TROP RIGOLO. Charlotte va me tuer.

Nous nous retrouvons début février, avec des espadrilles plein les étagères. Là c’est sur, nous serons bien en 2016.

Je vous embrasse. Haspé.

Concours

Arsène. Le concours BONNET.

Aujourd’hui nous vous faisons gagner un
magnifique – que dis-je un extraordinaire -bonnet de notre collec. On vous
explique la marche à suivre ci-dessous :

Pour tenter de gagner un bonnet ARSÈNE,
il vous suffit :

- D’aimer notre page facebook Arsène (si ce n’est pas déjà
fait)
,

- D’aimer la photo du concours et de nous dire votre modèle bonnet
préféré !

Partager la photo serait fantastique
et bienvenu !

Possibilité de gagner un de nos
bonnets : Martin le marin Rouge,  Martin le
marin Écru, Bartholomé le Doré Noir, Bartholomé le Doré Gris, Bartholomé le
Doré Beige, dans la limite des quantités disponibles.

 Concours d’une durée de
2 jours : du 01/12/2015 à 18 h au 03/12/2015 à 18h.

 Le gagnant sera
choisi par tirage au sort Jeudi 03 décembre.
Cette promotion n’est pas gérée ou parrainée par Facebook. Les informations
que vous communiquez sont fournies à ARSÈNE et seront utilisées uniquement pour
vous transmettre le bonnet à gagner. 

Le gagnant sera contacté le Jeudi  03 décembre via son adresse mail et devra
communiquer à Arsène une adresse postale pour recevoir son lot dans un délai de
7 jours maximum.

 Seuls les utilisateurs de plus de 18 ans ont le droit de
participer, sinon quoi leur participation ne pourra pas être reconnue comme
effective de la part des organisateurs.


 Allez on aime, on partage et on parle
à tout le monde des bonnets Arsène !!!!! Nous vous souhaitons bonne chance.

La bise.